• Ne vous est-il jamais arrivé de critiquer votre voisin, un ami ou un membre de votre famille ?
  • N’avez-vous jamais subit des critiques, certaines fondées et d’autres non ?
  • Avez-vous peur de la critique ?
  • Faites-vous régulièrement des reproches ou connaissez-vous des personnes qui font des reproches régulièrement ?
  • Est-ce que vous connaissez des personnes qui passent leur temps à critiquer ou dénigrer ?

Dans cet article, je vous partage une information qui a eu un effet très positif pour m’aider à me remettre en question d’une façon exponentielle !

Si si, vous allez voir, lorsque vous aurez pris connaissance de ce que je vais vous partager, vous ne verrez plus vos critiques, vos reproches ou ceux des autres de la même façon et vous allez évoluer très très vite dans votre vie 😉

 

Avant de vous dévoiler cette information capitale, il est important que vous sachiez que je ne vais pas vous dire d’arrêter de critiquer ou reprocher, ni de vous forcer à critiquer quelqu’un, je ne suis pas un donneur de leçon, au contraire, je souhaite juste renforcer votre conscience du libre arbitre !

Restez comme vous êtes et simplement, analysez et mettez en pratique ce que vous allez découvrir dans cet article, juste pour tester si vous en avez envie.

 

Il y a quelques temps, j’ai rédigé un article qui parlait du “miroir”. Pas celui que vous avez dans votre salle de bain, mais celui qui est constamment avec vous, où que vous posiez votre regard.

Un exemple :

Je n’aime pas l’être humain, par conséquent ce que je suis, donc mon attitude quotidienne envers l’être humain traduit cet état de ma pensée. Ce qui a pour conséquence d’être seul, détesté par d’autres humains et donc… Ceci renforce ma conviction que l’humain est mauvais, que je suis mauvais etc… (Bref, je vais me suicider !)

Non rassurez-vous tout va bien, je vous aime 🙂

Mais, sans entrer dans les détails d’un sujet que j’ai déjà abordé dans un article sur ce que nous sommes en tant qu’Être Humain. Ce qui est extérieur à nous, renvoie ce que nous sommes.

Nos pensées (la plupart du temps limitantes) déterminent nos actions quotidiennes, donc, ce que nous pensons être, et forcément, ça détermine aussi les conséquences qui vont avec et que nous vivons (ou subissons) quotidiennement.

C’est donc un choix (conscient ou inconscient) de subir la vie ou de jouir de la vie.

Maintenant, allons un peu plus loin… Vous me suivez ?

 

Dans un autre article, je vous ai partagé (pour faire court), que l’être humain était une sorte d’électron libre qui expérimentait le monde de la matière pour permettre à l’Univers, tout ce qui est et qui englobe tout, donc nous y compris, d’évoluer en apprenant sur lui-même.

Et que nous-même nous étions une sorte d’Univers qui passait sa vie à apprendre sur lui-même pour évoluer durant son passage sur terre. Alors qu’en fait nous sommes intimement liés à l’Univers.

D’où le fait que l’espace est en constant expansion et que tout évolue de plus en plus vite.

Nous sommes une sorte d’instrument, une création, un peu comme une vague qui suit son chemin et qui pourtant fait partie de l’océan.

Pour vous donner une autre image, une goûte d’eau de pluie qui tombe dans l’océan, devient l’océan. Elle n’est pas séparée du reste 🙂

L’Être humain c’est pareil.

Il détient en lui la connaissance de l’Univers, de tout ce qui est, dès sa naissance. Il a une fonction, suivre le chemin de vie qui a été prévu pour lui.

Mais pour trouver ce chemin, il doit exercer son libre arbitre, ce qui donne de l’excitation, du suspense et de l’aventure 🙂

Contrairement à un robot ou une cellule qui n’est programmée que pour une chose et qui n’a donc pas son libre arbitre.

Vous imaginez, si une cellule décidait de se barrer parce qu’elle s’ennuie dans votre corps ?!

Bref… Si ces quelques lignes vous interpellent, lisez l’article au complet. Puis revenez ici !

 

Pourquoi l’Être Humain Critique ?

C’est une drôle de question et je vous avoue que jusqu’à aujourd’hui, ma seule réponse était que l’Homme était aigris de nature et qu’il ne savait pas profiter de ce privilège qu’est la Vie telle que nous la concevons.

Même si quelque part, il y a un peu de vrai dans tout ça, la critique est en fait un outil indispensable qui sert bien au delà de la condition de l’Homme.

Mais avant d’aborder le sens de ce que vous venez de lire, voyons à quoi sert la critique au niveau le plus basique.

 

Critiquer, juger, condamner, reprocher à quelqu’un quelque chose sert à exprimer ce qui nous dérange ou nous déstabilise chez l’autre. Et généralement, la critique est utile pour nous remettre en question et progresser.

Je crois qu’on est tous d’accord avec ça 🙂

Si la grande majorité des visiteurs du blog émettait une critique comme : “Votre blog est inutile”

Il est évident que je me remettrai en question sur le fond de ce que je partage ici…

D’ailleurs, un point important pour qu’une critique soit positive et constructive, il faut faire preuve d’humilité et donc, savoir mettre de côté son égo.

Ce qui n’est pas toujours évident, car nous apprenons et ancrons très tôt à accorder beaucoup d’importance à notre “petite personne”, aux choses matériels, à la possession pour éventuellement briller en société et se donner de l’importance.

 

Le Sens Caché de la Critique

Si ce que je vois chez quelqu’un d’autre m’énerve, me déstabilise, m’agresse, me dérange, me met hors de moi… (Peu importe si c’est justifié ou non)

Alors, sans m’en rendre compte, cette colère est aussi contre moi.

Pourquoi ?

Comme vous l’avez vu plus haut dans l’article, tout ce qui est externe à soi est le résultat de notre propre reflet.

Et comme nous sommes par nature, tous connectés (lisez l’article que je vous ai suggéré plus haut pour comprendre), nous sommes UN.

Il est donc important d’aller chercher au delà de cette critique que l’on a émise pour découvrir le sens caché. Cet effet miroir.

 

 

Voici un exemple concret.

Dans ma période en tant que musicien, sur la fin, nous passions notre temps à critiquer la réussite d’autres musiciens, à caricaturer leur attitude, leurs interprétations scéniques, leur musique etc… Mais ça allait plus loin que ça car nous nous critiquions aussi entre nous d’une façon hypocrite.

Ce qui induit dans le fond que nous étions meilleurs comparé aux autres et aussi entre nous ! (Oui c’est fou, mais nous étions tombés très bas).

Au delà de ces critiques, peu importe si elles étaient justifiées ou non, nous étions déstabilisés.

Si je reprends le simple fait que d’émettre une critique envers quelqu’un c’est aussi faire ma propre critique.

Ces critiques nous étaient destinées en premier. Car n’importe qui aurait pu nous dire la même chose.

Mais nous avions tellement d’égo que nous étions incapables de nous en rendre compte.

L’égo est le pire ennemi de l’Être Humain, qui se croit avec son cerveau, unique et supérieur.

Et c’est pourtant loin d’être le cas 🙂

 

Un autre exemple

Lorsqu’il y a eu l’attentat à Paris, beaucoup de gens et beaucoup de politiques se sont révoltés contre cet acte en le condamnant, jugeant des minorités, des ethnies, des religions etc… Et la réponse à cet acte a été de faire la même chose.

D’envoyer des bombes !

Mais si on réfléchit à cette “critique”, à cet acte de réaction, le politique (et une partie de la population) sait pertinemment que ce qu’il condamne, il le fait lui-même dans les autres pays en vendant des armes aux opposants, en alimentant la propagande, en cautionnant la guerre au nom d’une “vérité” alimentée par l’égo, la vanité.

Pareil pour les gens qui ont été révoltés par cet attentat au point de réagir violemment physiquement ou verbalement.

A titre d’exemple, des proches qui disaient ne pas être racistes, ont réagit avec violence suite à cet attentat… Ce qui a mis en lumière leur propre effet miroir suite à cette condamnation (personnelle) après l’attentat. Certains d’entres eux votent le Front National, votent des politiques puis ensuite les critiques parce qu’ils ne font rien !

Mais que font-ils de plus à part voter en sachant que cela ne mène nul part ? (ce n’est pas une critique mais une constatation, ce qui est très différent, je ne suis pas en colère ou hors de moi)

Tout ce qui nous touche et nous mets hors de nous suite à un acte ou quelque chose qu’on observe chez un autre Être Humain, est le reflet de ce que nous faisons nous-même (pas forcément dans un domaine identique, cela peut être dans le domaine professionnelle, personnelle, relationnelle etc…).

 

Encore un exemple

La plupart des militants (agressifs) mettent en lumière des actes, des agissements pour défendre des opinions sur un sujet en particulier.

Bien que cela soit parfois utile pour dénoncer une vérité, ça reste aussi une critique, un jugement sur d’autres personnes pour ce qu’elles font en oubliant d’autres aspects !

Et si je reprends le sujet de cet article, qu’est l’effet miroir, qu’une critique émise est aussi à propos de soi, alors, le militant est tout aussi fautif.

Un exemple probant, est le militant contre le nucléaire. Combien de militant contre le nucléaire utilisent de l’électricité produite par le nucléaire ? N’est-ce pas là un non sens ?

Ce que vous lisez, est simplement une constatation personnelle qui met en évidence l’efficacité de l’effet miroir suite à une critique ou un jugement.

 

Il ne s’agit pas d’une généralité, mais d’un outil très efficace pour se remettre en question et avancer dans la vie.

L’effet miroir, le pouvoir de la critique humaine, est un outil très puissant pour évoluer. De même que le Libre Arbitre. Ce qui ramène à une chose simple.

Plutôt que de t’occuper de ce que font les autres occupes-toi de ce que tu fais toi.

Voilà pourquoi je ne militerai jamais. Je préfère prendre ma responsabilité et donner l’exemple par ma façon de vivre au quotidien plutôt que de dénoncer des choses que je n’appliquerai pas à 100% moi-même.

Ma femme et moi avons décidé d’être végétalien, ce n’est pas pour ça que nous critiquons tous les gens qui mangent de la viande !

Chacun a son libre arbitre, son chemin à parcourir et nous n’avons AUCUN droit de juger ou de diriger qui que ce soit à lui dire ce qu’il doit faire ou non.

Sinon, cela signifierai que je proclame être supérieur à d’autres. Or, ce n’est pas le cas !

L’égo est le pire ennemi de l’Homme 🙂

 

En conclusion à cet article :

Si vous vous surprenez à émettre un jugement, une critique contre quelqu’un dont l’attitude vous mets hors de vous ou vous déstabilise, n’oubliez pas que vous êtes au même niveau que cette personne. Votre critique, votre jugement vous appartient avant tout !

Cet effet miroir est quelque chose que ma femme et moi avons découvert récemment et ça nous a fortement remis en question. Peut-être que ce partage vous aidera aussi à mieux comprendre certaines choses 😉

Et dans ce cas, je serai très heureux d’échanger sur le sujet avec vous ! Que pensez-vous de cet article ?

Si vous l’avez aimé, partagez-le ou laissez un commentaire 🙂


Lionel
Lionel

Auteur d’une solution pour les passionnés qui veulent entreprendre, Lionel vous conseille dans les domaines du Blogging et de l’Evolution Personnelle. Pour Lionel, suivre ses passions, partager ce qui fait de vous un Être “unique” est une base essentielle pour s’épanouir.

    6 replies to "Le Pouvoir Caché de la Critique Humaine"

    • Gérard Claudel

      bonjour
      J’ai bien aimé cette article et tout a fait d’accord avec vous.
      le problème que j’ai , c’est que j’ai peur de me avoir sur internet , car cela mes arriver deux fois .
      Et puis je suis faible asser de pour réussir sur internet , car pas asser de connaissance .

      • Lionel

        Bonjour Gérard,

        Merci pour votre commentaire.

        La peur de se faire avoir sur internet est normale.
        Lorsque j’ai eu accès pour la première fois à internet en 2006, j’avais peur de laisser mon numéro de carte bancaire, de laisser mon email, mon prénom etc…
        Ce qui ne m’a pas empêché aussi de me faire avoir quelques fois…

        Un produit non livré, une commission non perçue, un produit de très mauvaise qualité ou mensonger…

        Mais quelque part, il n’y a pas que sur internet que cela existe !

        Si j’étais resté sur ma position, je regarderai peut-être aujourd’hui uniquement des vidéos sur Youtube sur internet et travaillerai encore en intérim dans la grande distribution 🙂

        Puis, si vous avez peur de vous faire avoir sur internet alors que vous voulez créer une activité professionnelle sur internet…
        Ce sont 2 choses incompatibles.

        Il faut faire des choix, soit se donner la possibilité d’apprendre (ce qui signifie faire des erreurs mais aussi progresser), soit changer de projet 😉

        Qu’en pensez-vous ?

        A bientôt Gérard

    • Franck

      Bonjour Lionel,

      Merci pour cet article.
      Je vais me permettre de critiquer ton article, car je trouve que xxxxx, non, je plaisante.
      Je l’aurais écrit différemment, c’est sur puisque ça aurait été MA création.
      Je voudrais un complément: Comment échapper à la critique et aux ragots sur les autres ? Par exemple, au travail : “Hey Lionel, tu sais que Machin il a fait ceci et qu’en plus des fois il bidule,etc. – Réponse de Lionel : Mais attends Franck, c’est comme Machin 2, je l’ai surpris en train de biduler avec Machine etc.” Bref, tu vois ce que je veux dire.Même si on n’amorce pas la critique, on aime bien écouter les critiques, sans parler des ragots.
      Autre question : Comment ne pas éprouver le besoin de se justifier face à une critique du genre :”T’es végétalien, non mais franchement tu crois vraiment que ça va changer quelque chose ? Comment tu fais pour ne pas manger de viande, ni de fromage ? De toute façon, tu vas avoir des carences !” Je te parle de ce que j’ai entendu aussi, en tant que (quasi) végétalien. Mais au delà de l’exemple, comment ne pas “tomber” au niveau de ses détracteurs, face à des critiques parfois injustes et souvent virulentes ?
      Je sais, ce sont deux questions importantes ; peut-être de nouveaux articles en perspective !
      Prends soin de toi 🙂

      Franck

      • Lionel

        Salut Franck,

        Merci pour ce super commentaire très pertinent !
        C’est vrai que je pourrais en faire un article très complet 😉
        Je vais essayé d’être bref.

        -> Concernant les ragots.
        Les ragots, les “on dit que…” tout ça c’est vide et sans sens.
        Si tu aimes les écouter, rien ne t’empêche de les écouter.
        Si tu participes à la conversation et en rajoute une couche, tu démontres de l’intérêt et à chaque fois tu feras partie des confidences de bureau 😉
        Si tu n’aimes pas les écouter, rien ne t’empêche de ne pas y prêter attention et de t’écarter de ce type de conversation.

        Tu peux aussi dire tout simplement ceci ou un truc du genre (sur un ton humoristique):
        “les ragots n’intéressent que les intéressés. Si ça n’est pas important pour mon quotidien, je n’ai aucune raison de gaspiller mon énergie”

        -> Concernant les critiques envers soi.
        Comme dit dans l’article, certaine critiques sont bonnes à prendre et les autres ne concernent que ceux qui les disent car c’est leur propre interprétation / vision / avis. Tu ne peux donc pas y accorder de l’importance.
        Si tu le fais, c’est que tu donnes de l’importance à ton cerveau qui génère en toi de l’égo vis-à-vis de ce type de critiques.
        Ces critiques ne sont pas envers toi, elles sont vers les propres personnes qui les disent. Tu fais quelque chose qu’elles ne feraient pas aujourd’hui ou peut-être jamais…

        -> ”T’es végétalien, non mais franchement tu crois vraiment que ça va changer quelque chose ?”

        Il suffit juste de dire sur un ton normal et amical: “tu as peut-être raison, mais ça va changer quelque chose pour ma santé, ça oui.” (puis tu stoppes la conversation)

        -> “De toute façon tu vas avoir des carences…”
        Tu peux poser une question : Tu as déjà essayé ? (à 99% la personne n’a jamais essayé, elle parle donc de quelque chose qu’elle ne connaît pas, ça ne peut donc pas te toucher, sinon, c’est l’égo qui prend le dessus)

        Tu peux aussi réagir ainsi : “Je me porte très bien depuis presqu’un an maintenant” (puis tu coupes la conversation)

        Tu peux aussi dire : “Il y a des dizaines d’années en arrière, la plupart des gens croyaient, en étant persuadé, que la terre était plate. Et aujourd’hui ça paraît inconcevable de penser ça. La meilleure façon de savoir, c’est de tester. C’est ce que je fais depuis presqu’un an et pour le moment tout va bien 🙂

        -> “Comment tu fais pour ne pas manger de viande, ni de fromage ?”
        Tu peux répondre : Je ne fais rien, j’ai juste pris une décision. De la même manière que pour une personne qui décide d’arrêter de fumer ou une autre qui décide de fumer.

        Voilà Franck, j’espère que ça va t’aider.

        Il y a une règle simple. Tout ce qui est extérieur à toi est vide et sans sens. Il n’y a que ce que tu “construits” par la parole, la pensée ou les actes qui a du sens pour toi. Tout le reste n’est qu’interprétation. Ce qui est logique puisque personne n’est TOI ou ne vit ce que TU vis.

        A bientôt cher ami 🙂
        Lionel

    • Saraforte

      Bonsoir Lionel. Je viens de découvrir votre article et cela m’ a énormément fait plaisir de le lire. Tout au fond de moi je savais tout cela. Qu’ on critiquait les autres par rapport à ces choses que nous avons faites et que nous faisons peut etre encore. Mais un point me pose problème,pas une seule fois vous ne parlez d’ apparence physique. J’ ai souffert de boulimie pendant des annees,et les répercussions sur mon poids ont ete catastrophiques. J’ etais en surpoids à 17 ans,imc de 26.4. Et les insultes,les moqueries,je ne vs raconte pas. Même de la part de celles qui étaient plus grosses. Elles disaient aux autres que je l’ etais. Et devenant aveugle elles me prenaient tt d’ un coup pour la plus grosse de la classe.tout ca pour vous dire à quel point les gens sont influençable qd il s’ agît de critiquer. Néanmoins j’ ai surmontétout cela. J’ai maigri. je vais à une ecole ou tout le monde me trouvaient belle qd je suis arrivé.maintenant ca a changé. Je suis blasée. De tte ma vie on m’ a tjrs dit que j’ etais belle. Et je sais que je le suis réellement. Mais la,on me traite comme de la m…les garçons de l’ ecole me kiffe,mais ttes les filles me détestent. Me toisent,me devisagent,disent que je suis laide,pute et mechante,alors qu’ avant,elle disaient que j’ etais trop gentille,belle et chic etc. Tout cela se passe parce qu’ une seule à commencer à me rabaisser. Les gens sont ils donc aussi bêtes? Franchement,je me fiche qu’ elles m’ aiment ou pas. Ne croyez pas que je regrette leur flatterie ou quoi que ce soit d’ autre. Mais je veux éradiquer le phénomène de haine qui s’ élèvent contre moi à l’ ecole. Je ne veux pas qu’ on m’ aime ou qu’ on me haisse,je veux juste qu’ on me laisse tranquille pr une fois dans ma vie,qu’ on me traite comme une personne normale. Comment faire pour me défendre sans empirer les choses? Conseillez moi. Pardonnez pour ce message un peu long….

      • Lionel

        Bonjour @Saraforte,

        Merci beaucoup pour votre commentaire très personnel et important.

        Effectivement, je n’ai pas parlé de physique.

        La raison à ça, c’est que peu importe sur quoi est tournée la critique, le résultat peut être le même que décrit dans l’article. C’est-à-dire que les personnes qui peuvent émettre une critique sur un physique, quel qu’il soit, sont souvent celles qui n’assument pas leur propre physique en se racontant des mensonges.
        Mais ça peut aussi être des personnes intolérantes et donc, orgueilleuses ou vaniteuses.

        Bien entendu, tout ceci n’a aucune importance, je m’explique.

        Les moqueries en période scolaire sont très pénibles, j’ai aussi vécu des moqueries et même si ça n’a pas été comme vous, je peux comprendre ce que vous vivez.
        J’étais maigre et grand. On m’appelait donc fil de fer, maigrelet, le maigrichon, sac d’os, l’asperge, la girafe etc…

        Ce que je peux vous dire dans un premier temps, c’est que vous ne laissez pas indifférent vos camarades ou vos collègues. Et peu importe ce que vous faîtes, vous êtes très présente dans leur esprit.
        Mon beau-père m’a toujours dit que si on parlait de moi, peu importe que ce soit en bien ou en mal, c’est que j’existe et que j’intéresse !

        Donc, soyez heureuse d’exister aux yeux de vos camarades et de les intéresser car beaucoup d’enfants, ados et jeunes adultes rêvent d’exister.

        Ce que vous vivez est un cadeau car vous pouvez évoluer plus vite si vous vous accordez cette possibilité de n’y voir que les bons côtés.
        Si vous exprimez de la gratitude pour tout ça vous vous sentirez beaucoup mieux.

        La deuxième chose que je peux vous partager, c’est en réponse à ce que vous dîtes :
        “Franchement,je me fiche qu’elles m’aiment ou pas. Ne croyez pas que je regrette leur flatterie ou quoi que ce soit d’autre. Mais je veux éradiquer le phénomène de haine qui s’élèvent contre moi à l’école. Je ne veux pas qu’on m’aime ou qu’on me haisse, je veux juste qu’on me laisse tranquille pr une fois dans ma vie, qu’on me traite comme une personne normale.”

        D’après ce que vous dîtes, vous vous fichez qu’elles vous aiment ou pas. Mais pourtant vous accordez beaucoup d’importance à ce qui se passe. Ce qui démontre finalement le contraire. Vous voulez être traité comme une personne normale et je tiens à vous rassurer, vous êtes bien traitée comme une personne normale.

        C’est-à-dire qu’il y a des gens qui vous critiquent et d’autres qui vous apprécient.
        C’est donc tout à fait normal 🙂

        Voici une petite histoire qui pourrait vous intéresser :
        Une personne, Nathalie, travaillant dans un hôpital en tant qu’employée de service faisait plutôt très bien son travail. Personne ne lui disait rien ou presque jusqu’au jour où une grosse erreur se produit par une de ses collègues et c’est Nathalie qui en subit les conséquences.

        Nathalie, révoltée par cette erreur laisse un mot à sa collègue en lui disant qu’elle n’était pas une “esclave” et qu’il faudrait un minimum avoir un cerveau pour éviter de faire une telle erreur.

        Et forcément, sa collègue en voyant le mot ne comprend pas cette violence et fait remonter l’affaire à sa hiérarchie.
        La hiérarchie convoque les 2 personnes, la collègue admet son erreur et c’est Nathalie qui est mise à pieds pour la violence de ses mots.

        Nathalie voyant ça, se dit :
        “Je le savais ! Personne ne me respecte, je ne suis pas reconnu pour mon travail alors que je travaille mieux que mes collègues. On me prend pour une M***e ! Si c’est comme ça, je ne me prends plus la tête dans ce boulot de pourri !

        Toute cette rancœur cachée a fini par sortir et sans le savoir, Nathalie s’est “tirée une balle dans le pieds”. Car la suite a été justement ce qu’elle s’est mise en tête. Ses collègues lui en ont voulu et elle est passée pour celle qui travaillait mal. La suite a été très compliqué pour Nathalie qui s’est faite ensuite licencier.

        Fin de cette petite histoire.

        Ce que je peux vous conseiller, c’est que si vous voulez sortir de cette situation, il faut reprendre le contrôle.
        Ce contrôle, vous pourrez le reprendre UNIQUEMENT si vous vous posez LA bonne question.

        Quelle est ma part de responsabilité dans cette situation ?

        Je sais que cette question peut vous paraître étrange. Mais nous sommes toujours responsables de notre situation par nos actes, nos paroles et nos pensées avec les éléments que la vie nous donne à chaque instant.
        Lorsque vous aurez trouvé une réponse tangible et concrète, vous saurez quoi faire pour reprendre le contrôle, inverser la tendance, évoluer et démontrer une grande sagesse.

        J’ai publier un article cette semaine qui peut aussi vous aider.

        Le deuxième conseil que je peux vous donner.
        C’est que peu importe ce que font ou disent les autres. Ça n’a du sens que pour eux puisque c’est eux qui le créent dans leur vie. La seule chose que vous pouvez faire, c’est interpréter ce que crée “l’autre”.

        Une critique ne peut vous atteindre que si celle-ci vient toucher votre égo. Vous lui donner alors un sens et de l’importance dans votre vie.
        Suite à ça, vous prenez une décision qui crée une action qui va impacter (en bien ou pas) votre situation.

        Techniquement, c’est ce qui se passe.

        Ma réponse a été toute aussi longue 🙂
        Et je suis très heureux que vous ayez accepté cet échange. J’espère avoir pu vous aider.

        A bientôt

Leave a Reply

Your email address will not be published.